Sources

Sources

  1. AMERICAN ACADEMY OF FAMILY PHYSICIANS. Heartburn. 1996. Sur Internet : http://familydoctor.org/familydoctor/en/diseases-conditions/heartburn/causes-risk-factors.html (consulté le 5 juin 2013).
  2. AMERICAN ACADEMY OF FAMILY PHYSICIANS. Antacids and Acid Reducers: OTC Relief for Heartburn and Acid Reflux. 2012. Sur Internet : http://familydoctor.org/familydoctor/en/drugs-procedures-devices/over-the-counter/antacids-and-acid-reducers-otc-relief-for-heartburn-and-acid-reflux.html (consulté le 5 juin 2013).
  3. AMERICAN COLLEGE OF GASTROENTEROLOGY. Acid reflux. 2013. Sur Internet : http://patients.gi.org/topics/acid-reflux/ (consulté le 8 avril 2013).
  4. AMERICAN COLLEGE OF PHYSICIANS. Understanding and Treating Heartburn (rapport spécial). 2013. Sur Internet : http://www.acponline.org/patients_families/pdfs/health/heartburn_report.pdf (consulté le 8 avril 2013).
  5. FONDATION CANADIENNE DE LA SANTÉ DIGESTIVE. Statistiques. 2012. Sur Internet : http://www.cdhf.ca/fr/statistiques (consulté le 8 avril 2013).
  6. FONDATION CANADIENNE DE LA SANTÉ DIGESTIVE. Acid Reflux & GERD: The Unsettling Reality in Canada. 2009. Sur Internet : http://www.cdhf.ca/bank/document_en/45-acid-reflux-gerd.pdf (consulté le 22 janvier 2014).
  7. INSTITUT CANADIEN D’INFORMATION SUR LA SANTÉ. Utilisation de l’inhibiteur de la pompe à protons par les personnes âgées : une analyse des demandes de remboursement de médicaments, 2001 à 2008. Sur Internet : https://secure.cihi.ca/free_products/PPI_aib_fr.pdf (consulté le 24 mars 2014).
  8. MAYO CLINIC. Heartburn. 2011. Sur Internet : http://www.mayoclinic.com/health/heartburn-gerd/DS00095 (consulté le 8 avril 2013).
  9. MAYO CLINIC. GERD. 2012. Sur Internet : http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/gerd/basics/definition/con-20025201 (consulté le 22 janvier 2014).
  10. NATIONAL DIGESTIVE DISEASES INFORMATION CLEARINGHOUSE. Gastroesophageal Reflux (GER) and Gastroesophageal Reflux Disease (GERD) in Adults. Mis à jour en 2012. Sur Internet : http://digestive.niddk.nih.gov/ddiseases/pubs/gerd/#1 (consulté le 5 juin 2013).
  11. SANTÉ CANADA. Bulletin canadien des effets indésirables, Volume 21 ‒ numéro 3 ‒ juillet 2011. Sur Internet : http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/medeff/bulletin/carn-bcei_v21n3-fra.php (consulté le 24 mars 2014).

Glossaire

Antiacides : Les antiacides neutralisent partiellement l’excès d’acide gastrique; ils procurent un soulagement rapide, mais qui dure au maximum deux heures.

Bisphosphonates : Les bisphosphonates sont un type de médicament utilisé dans le traitement de l’ostéoporose.

Grossesse : Pendant la grossesse, la pression abdominale accrue et l’augmentation de la progestérone peuvent causer le relâchement du sphincter inférieur de l’œsophage (SIO), ce qui entraîne des brûlures d’estomac.

Hernie hiatale : Une hernie hiatale survient quand une partie de l’estomac remonte par l’orifice du diaphragme. Une hernie hiatale importante peut causer un reflux de nourriture et d’acide dans l’œsophage, ce qui déclenche des brûlures d’estomac.

Inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) : Les IPP réduisent l’acidité gastrique en agissant sur la pompe d’acidité de l’estomac. Le fait de stopper la production d’acide n’empêche pas de digérer normalement.

Obésité : On parle d’obésité quand l’indice de masse corporelle (IMC) d’une personne est de 30 ou plus. La pression qu’entraîne l’excès de poids sur l’estomac et le diaphragme peut causer l’ouverture du sphincter inférieur de l’œsophage (SIO) et permettre à l’acide gastrique de remonter dans l’œsophage, ce qui cause des brûlures d’estomac.

Réducteurs d’acidité : Les réducteurs d’acidité sont souvent appelés « antagonistes des récepteurs H2 ». Ceux-ci bloquent l’un des trois signaux qui activent la pompe d’acidité de l’estomac, ce qui permet de stopper la sécrétion d’une certaine quantité d’acide. Les réducteurs d’acidité n’ont pas l’action immédiate des antiacides mais, comparativement à ceux-ci, ils procurent un soulagement qui dure plus longtemps.

Reflux gastroœsophagien pathologique (RGO) : Le reflux gastroœsophagien pathologique, un trouble digestif chronique, est une forme grave de reflux gastrique. Il fait en sorte que la nourriture ou l’acide gastrique remonte de l’estomac jusqu’à l’œsophage. Ce reflux d’acide peut irriter la paroi de l’œsophage, ce qui cause des brûlures d’estomac et plusieurs autres symptômes. OLEX n’est pas indiqué pour les patients souffrant de RGO.

Sels de fer : Les sels de fer sont utilisés pour traiter les carences en fer (souvent l’anémie). En plus du fer élémentaire, ils peuvent aussi contenir du sulfate de fer, du fumarate ou du gluconate.

Sels de potassium : Les sels de potassium sont des électrolytes utilisés pour combler les carences en potassium.

Sphincter inférieur de l’œsophage (SIO) : Le SIO est un muscle circulaire au fond de l’œsophage, qui s’ouvre pour laisser les aliments solides et liquides entrer dans l’estomac, puis se referme à nouveau.